Les intégrateurs font pression sur les prix alors qu’ils subissent le recul du prix de la viande et la hausse des matières premières. L’activité à l’exportation vers l’Espagne reste pénalisée par les frais engendrés par les PCR.

Les prix des bons veaux prim’holsteins destinés à l’Espagne se maintiennent entre 100 et 120 €/tête, alors que ceux des veaux destinés à l’intégration se tassent légèrement entre 85 et 95 €/tête, avec un tri plus sévère dans les sujets de gamme intermédiaire. La majorité des veaux prim’holsteins et normands est commercialisée entre 50 et 80 €/tête.

Les tarifs restent malmenés dans les croisés taupes ou blanc bleu ordinaires dont l’offre tend à progresser.

La modestie de l’offre sur les marchés de Bourg-en-Bresse ou de La Talaudière permet une certaine stabilisation des prix dans les montbéliards lourds qui se sont valorisés de 230 à 260 €/tête. Les tarifs des bons veaux destinés à l’engraissement se tassent entre 140 et 190 €/tête, alors que les légers se vendent entre 70 et 130 €/tête.

La tendance reste fortement baissière dans les limousins alors que l’offre est importante. En un mois, les prix des limousins mâles ont perdu de 60 à 80 €/tête et ceux des femelles, de 80 à 100 €/tête.