Dans le secteur de l’aval, la consommation est calme, mais les abattoirs n’ont aucune possibilité de peser sur les prix face à la raréfaction de l’offre. Il faudra attendre un mois pour voir progresser les apports avec l’arrivée des lacaunes. Le déséquilibre important entre l’offre et la demande est favorable au raffermissement des prix.

Sur les marchés, le manque de marchandise est flagrant que ce soit à Châteaumeillant, Réquista, Saugues, Sancoins ou Parthenay. La commercialisation est active sur l’ensemble des places avec des tarifs fermes à haussiers.

À Parthenay, les prix des agneaux U de 38 à 44 kg ont progressé et se valorisent entre 3,85 à 4,00 €/kg vif. Pour mémoire, en 2020, les prix s’échelonnaient entre 3,40 à 3,80 €/kg vif. À Châteaumeillant, les agneaux se sont négociés entre 3,95 à 4,12 €/kg vif. Les U de 32 à 38 kg se sont valorisés entre 3,93 à 4,41 €/kg vif à Saugues.

En brebis, les apports restent très modestes. Les brebis de bonne conformation sont rapidement vendues à des cours fermes entre 1,20 à 1,60 €/kg vif. La vente est plus sélective dans les ordinaires, mais la modestie de l’offre entraîne le maintien des prix.