Compte tenu de l’abondance de l’herbe, les agneaux sont souvent plus lourds et la qualité ne correspond pas toujours à la demande du marché. Les abatteurs sont sous pression et ne peuvent qu’accepter une revalorisation des cours sur l’ensemble des agneaux. L’importation peu présente n’a pas d’impact.

Sur les marchés, l’activité de cette semaine est dynamique avec une offre insuffisante pour les besoins dans les agneaux de qualité et bien finis où les cours sont fermes à haussiers.

A Parthenay, les agneaux U de 38 à 44 kg sont valorisés de 3,60 à 4,10 €/kg vif et ceux de 44 à 50 kg à Moulins-Engilbert se négocient facilement entre 3,10 à 3,55 €/kg vif. Le prix des agneaux de pays « extra » à Parthenay atteint même parfois jusqu’à 4,25 €/kg vif.

Dans les brebis, la demande de l’Italie est encore très convenable malgré la fin de la saison touristique. La marchandise de qualité et lourde est recherchée et se valorise très facilement entre 1,20 à 1,50 €/kg vif dans les U de plus de 60 kg. La vente est plus sélective dans la marchandise qui manque de viande et de finition (vieilles).