« On voit que les prix russes sont en train de baisser. Ils sont en train d’essayer de se dépêcher de vendre parce qu’autrement ils vont être touchés » par la taxe qui doit être mise en place à compter de la mi-février, afin de limiter la hausse des prix du marché intérieur, a commenté Damien Vercambre, analyste au cabinet Inter-Courtage.

En Russie, le cabinet Sovecon vient d’ailleurs de remonter son chiffre d’exportations russes de blé pour la campagne de 2020-2021 à 37,9 millions de tonnes, contre 36,3 millions de tonnes précédemment, du fait de l’accélération des chargements en janvier et février.

En ce qui concerne les échéances pour la prochaine campagne, les prix étaient plus stables ou en très légère augmentation.

Système de taxes sur la prochaine campagne en Russie ?

« Après les taxes qui seront mises en place à l’exportation à compter du 15 février, puis de mars, les responsables envisagent de mettre en place également un système de taxes sur la prochaine campagne si les cours mondiaux continuent de grimper, a indiqué le cabinet Agritel dans une note publiée ce lundi. Cela ne reste qu’à l’état de rumeur ou de projet pour le moment. »

Vers 17h35 sur Euronext, la tonne de blé tendre reculait de 2,75 euros sur l’échéance de mars, à 224,25 euros, et de 3,50 euros sur l’échéance de mai, à 219,75 euros.

La tonne de maïs, quant à elle, reculait de 0,50 euro sur l’échéance de mars, à 216,00 euros, mais était stable sur l’échéance de juin, à 212,00 euros.

Avec l’AFP