Globalement, les cours des matières premières agricoles affichent ces derniers temps « une volatilité inégalée, alimentée par la spéculation en dehors d’éléments jugés rationnels », analyse le cabinet Agritel.

« Si cette volatilité est la conséquence d’intégration de risques climatiques, on constate une déconnexion avec les marchés physiques où l’activité tant en France que sur la scène internationale est loin d’être le reflet de cette envolée de cours », relève Agritel.

« Ce phénomène a déjà été observé dans le passé », poursuit le cabinet spécialisé, « mais il s’accentue cette année avec un afflux de liquidités dans les marchés qui incite les fonds à surinvestir dans certaines classes d’actifs, comme les matières premières ».

Vers 16h45 sur Euronext, la tonne de blé tendre reculait d’un euro sur l’échéance de mai, à 237,50 euros, et de 1,50 euro sur l’échéance de septembre, à 219,25 euros.

La tonne de maïs perdait 2 euros sur l’échéance de juin, à 231,75 euros, et 1,50 euro sur l’échéance d’août, à 227,25 euros.

Avec l’AFP