Les opérateurs se focalisent sur les conditions climatiques du continent sud-américain avec des pluies qui se confirment, relevait le cabinet Agritel, après des semaines de fortes chaleurs qui ont affecté les rendements du soja et du maïs.

Pour le cabinet d’analyse, « le marché se montrera prudent tant que les conditions de semis au Brésil pour la safrinha ne seront pas connues ». Malgré son nom, qui signifie la « petite récolte », cette deuxième récolte brésilienne, est de loin la plus abondante.

De plus, l’incertitude pèse sur les intentions de semis aux États-Unis compte tenu de la hausse des prix des engrais notamment, selon la même source.

L’Algérie boude les blés français

Les cours du blé étaient aussi hésitants, en très légère hausse, dans un contexte de demande mitigée et alors qu’Alger semble avoir une nouvelle fois boudé le blé français. L’Algérie a acheté environ 600 000 tonnes de blé, probablement uniquement d’origine sud-américaine, à des prix entre 348 et 350 dollars la tonne chargement et fret compris, selon le cabinet Inter-Courtage.

Ce serait la deuxième fois de l’année que l’ancienne colonie française écarte le blé tricolore, pourtant compétitif sur les marchés et qui trouve des débouchés au Maroc. Les opérateurs estiment que ce choix est plus dicté par le contexte de tensions diplomatiques que par la qualité des produits.

Exportations australiennes

Sur la scène internationale, la Corée du Sud a acheté 198 000 tonnes de maïs et de 50 000 tonnes de blé fourrager, probablement australien. En Australie, note Inter-Courtage, les exportations de blé ont atteint 1,63 million de tonnes en novembre (contre 1,48 million de tonnes en octobre). Les premières destinations ont été la Chine, avec 669 700 tonnes, devant l’Indonésie et les Philippines.

Vers 16h20 sur Euronext, le prix du blé tendre gagnait 1,25 euro, à 264,75 euros la tonne, sur l’échéance de mars et 1,00 euro également sur celle de mai, à 262,50 euros la tonne.

Les prix du maïs étaient en baisse de 75 centimes d’euro sur l’échéance de mars, à 238,25 euros la tonne, et de 50 centimes d’euro également sur celle de juin, à 241,00 euros la tonne.

Avec l’AFP