En Europe comme aux États-Unis, « les marchés cédaient quelque peu à la panique hier, tous produits confondus, dans un contexte économique mondial où le spectre de la récession prend de l’ampleur », introduit Agritel dans sa note quotidienne.

Mardi 5 juillet 2022 sur Euronext, la tonne de blé clôturait à 331,75 euros (–11,50 euros par rapport à la clôture de la veille) sur l’échéance de septembre et à 322,00 euros (–13,75 euros) sur l’échéance de décembre.

La tonne de maïs terminait également en repli, à 287,75 euros (–5,50 euros) sur l’échéance d’août et à 278,25 euros (–11,00 euros) sur l’échéance de novembre.

Consultez les cours et marchés des céréales sur le site de La France Agricole.

Ce mercredi 6 juillet, peu avant 11 h sur Euronext, la tonne de blé progressait de 3,25 euros à 335,00 euros sur l’échéance de septembre et de 2,25 euros à 324,25 euros sur l’échéance de décembre.

La tonne de maïs gagnait quant à elle 0,75 euro à 288,50 euros sur l’échéance d’août et 1,25 euro à 279,50 euros sur l’échéance de novembre.

Similaire aux États-Unis

« Aux États-Unis, les cours du maïs reviennent sur les niveaux d’avant le début du conflit en Ukraine, pénalisés également par la fermeté du dollar », note Agritel. Ils clôturaient en baisse de 19 c sur le contrat juillet, à 736 c, détaille Sitagri. Le contrat de blé sur juillet a également terminé en baisse de 37 c, à 794 c.

Raphaëlle Borget