Le rapport Wasde du ministère américain de l’Agriculture (USDA) a annoncé mardi soir des productions, rendements et stocks en hausse pour le soja et le maïs, entraînant immédiatement un repli de la céréale à la Bourse de Chicago. L’annonce d’une vente de 165 000 tonnes de maïs américain vers le Mexique a légèrement tempéré le recul du cours.

Craintes liées aux engrais azotés

Sur le marché européen, le cours du maïs, qui avait anticipé les annonces de l’USDA, avait terminé la journée en baisse mardi, sous les 250 euros la tonne à court terme. Les prix ont poursuivi leur repli mercredi sur Euronext, dans un marché qui demeure tendu du fait des retards dans les chantiers de récolte en France et en Ukraine, mais aussi du fait de l’envolée des prix des engrais azotés.

Ces derniers ont plus que doublé depuis le début de l’année, faisant craindre une pénurie d’approvisionnement lors des semis de printemps et, potentiellement, une baisse des rendements futurs, souligne le cabinet Inter-Courtage.

Les « bilans qui devraient rester tendus tous produits, et sensibles à toute adversité climatique qui pourrait intervenir d’ici la récolte 2022 », estime pour sa part le cabinet Agritel.

En blé, des prévisions sans surprises

Le rapport Wasde a en revanche revu à la baisse la production mondiale et les stocks pour le blé, conséquence des mauvaises récoltes en Amérique du Nord après la chaleur estivale. Des prévisions sans surprises pour le blé, dont les cours ont ouvert en légère baisse sur Euronext, mais à un niveau record, au-dessus des 270 euros la tonne.

Sur la scène internationale, « l’Égypte a annulé son appel d’offres en blé jugeant probablement les prix trop élevés », a relevé Agritel.

Mercredi, peu après 17 h 00 sur Euronext, la tonne de blé tendre était en baisse de 6,25 euros sur l’échéance de décembre, à 265,25 euros, et de 5,50 euros sur l’échéance de mars, à 262,25 euros.

La tonne de maïs était en baisse de 4,50 euros sur l’échéance de novembre, à 244,50 euros, et de janvier, à 238,50 euros.

Avec l’AFP