« Les chantiers de moisson progressent, aidés par les conditions météorologiques favorables depuis le début de semaine », constate le cabinet Agritel dans une note ce jeudi 22 juillet 2021. « La progression des récoltes amène ainsi un retour des disponibilités des céréales à paille », poursuit-il.

Côté maïs, remarque le cabinet spécialisé, « la situation entre l’ancienne et la nouvelle récolte est toujours bien différente ». « En ancienne récolte [échéance août, ndlr], les prix demeurent fermes face à des disponibilités réduites […]. À l’inverse en nouvelle récolte [échéance novembre], les prix se stabilisent et marquent un écart plus habituel avec le blé. »

En Russie, rapporte aussi Agritel, « les rendements dans le district central du pays à savoir dans la zone marquée par des dégâts de gel importants continuent de décevoir ». « Cette situation moins bonne qu’anticipé pour les blés d’hiver, associée à de fortes chaleurs sur les blés de printemps, pourrait encore inciter les analystes russes à baisser de nouveau leur prévision de récolte de blé », est-il estimé.

Vers 16 h 15 sur Euronext, la tonne de blé reculait de 3,75 euros sur l’échéance de septembre à 210 euros, et de 4 euros sur l’échéance de décembre à 212,50 euros.

La tonne de maïs, pour sa part, était stable sur l’échéance d’août à 260 euros, et baissait de 1,75 euro sur l’échéance de novembre à 205 euros.

Avec l’AFP.