« L’évolution des conditions météorologiques est, sans surprise, regardée avec grand intérêt par les producteurs, ayant peu progressé depuis la semaine passée dans une grande partie de la France », souligne Agritel dans une note du 28 juillet 2021. « Les annonces de pluies risquent en effet d’entraîner de nouveaux retards avec des récoltes qui s’étaleront plus largement sur le mois d’août », poursuit le cabinet spécialisé.

Côté exports, l’activité est beaucoup moins dynamique que l’an passé : 624 574 tonnes de blé tendre ont été exportées depuis le 1er juillet selon la Commission européenne, « soit une baisse de l’ordre de -50 % par rapport à la saison dernière à la même date », rapporte Agritel.

L’activité export européenne devrait néanmoins progresser « avec la progression des récoltes et le retour des disponibilités ».

Aux États-Unis, l’avancée du blé de printemps est très affectée par la sécheresse dans le nord-ouest du pays.

Vers 16 h 30 sur Euronext, la tonne de blé augmentait de 3,75 euros sur l’échéance de septembre à 215,75 euros, et de 2,75 euros sur l’échéance de décembre à 217,50 euros.

La tonne de maïs, pour sa part, progressait de 2,50 euros sur l’échéance d’août (ancienne récolte) à 261 euros, et de 1,75 euro sur l’échéance de novembre (prochaine récolte) à 207,50 euros.

AFP