« Les cours pour la récolte de 2022 restent très fermes en blé, conséquence des bilans de la prochaine campagne qui afficheront un stock de départ des plus tendus, et dans un contexte de craintes de baisse des rendements si la situation sur les engrais azotés ne se détend pas », résume le cabinet Agritel dans une note.

Le blé avait terminé la séance en baisse mercredi sur fond de prises de profit dans le sillage de la Bourse de Chicago, à la veille de la pause de Thanksgiving. Les marchés américains sont fermés jeudi pour la fête de Thanksgiving et vendredi sera une séance écourtée.

Hausse des exportations ukrainiennes

En Ukraine, rapporte Inter-Courtage, les exportations de céréales atteignent 24,2 millions de tonnes au 24 novembre (soit 3,62 millions de plus que l’année dernière), dont 14,18 de blé (+2,43), 4,88 d’orge (+1,182) et 4,85 de maïs (+75 000 tonnes).

Vers 17h00 sur Euronext, le prix du blé tendre reculait de 1,25 euro, à 305 euros la tonne, sur l’échéance de décembre et progressait de 0,25 euro sur celle de mars, à 308,50 euros la tonne.

Le maïs perdait 0,75 euro, à 258,25 euros la tonne, sur l’échéance de janvier et 0,75 euro également, à 259 euros la tonne, sur celle de mars.

Avec l’AFP