« Aujourd’hui, c’est surtout la demande internationale sur l’échéance rapprochée qui tire les prix », commentait Gautier Le Molgat, analyste au cabinet Agritel, joint par l’AFP. Il évoquait notamment des affaires conclues vers la Chine et une demande en zone portuaire qui « a bien monté » ces derniers jours.
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
32%

Vous avez parcouru 32% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !