En ce 31 décembre 2020, les marchés n’étaient ouverts qu’une demi-journée.

« Le mouvement de fermeté se confirme, en cette fin d’année, aidé par une nouvelle phase de hausse sur le marché américain et un faible intérêt à la vente de la part de nombreux opérateurs », remarquait Agritel dans une note.

Hausse des prix des volumes importés

« Les prix sur Euronext évoluent ainsi […] sur les plus hauts niveaux depuis la récolte, retrouvant ainsi des valeurs proches de celles de l’été 2018 », ajoutait le cabinet, notant que cette situation oblige « les pays importateurs à acter une hausse des prix des volumes importés ».

Selon Inter-Courtage, l’Algérie vient d’acheter à l’issue d’un appel d’offres environ 300 000 tonnes de blé entre 291 et 292 dollars (autour de 237 euros) la tonne, coûts de fret compris, « sans doute d’origine française ».

À la clôture sur Euronext, la tonne de blé tendre a gagné 50 centimes sur l’échéance de mars à 213,50 euros et 25 centimes sur celle de mai à 210,50 euros, pour près de 6 300 lots échangés.

La tonne de maïs, quant à elle, a bondi de sept euros à 220 euros sur l’échéance de janvier, en bouclage de contrat, et de deux euros sur l’échéance de mars à 198,50 euros, pour 745 lots échangés.

Avec l’AFP