Au 19 juillet 2021, 14 % de la récolte de blé tendre avait été réalisée, contre 67 % l’an dernier, selon le suivi des récoltes Céré’Obs, de FranceAgriMer.

« Les chantiers de moisson s’accélèrent dans l’Hexagone où les producteurs ont une volonté de vite progresser à l’approche d’une dégradation météorologique qui pourrait conduire dans les zones les moins avancées à des conditions orageuses et des pluies », souligne le cabinet Agritel.

« Les avancées des récoltes en blé tendre font toujours état de rendements moyens et souvent décevants par rapport au potentiel espéré en juin avant les pluies », est-il ajouté. « Les volumes de production marqueront malgré tout une nette progression par rapport à l’an dernier, cette situation amène d’ailleurs les prix en cette période de moisson à s’essouffler » par rapport aux sommets atteints au printemps.

La part des cultures de maïs bonnes à très bonnes progresse (90 % contre 89 % la semaine dernière et 80 % l’an dernier à la même époque), d’après Céré’Obs.

Vers 16 h 30 sur Euronext, la tonne de blé augmentait de 2,50 euros sur l’échéance de septembre à 212,50 euros, et de 2,25 sur l’échéance de décembre à 214,50 euros.

La tonne de maïs, pour sa part, perdait 1,50 euro sur l’échéance d’août (ancienne récolte) à 259,25 euros, et progressait de 1,50 euro sur l’échéance de novembre (prochaine récolte) à 206,25 euros.

Avec l’AFP