« Vendredi, tout a concouru à la prise de profit », a estimé le cabinet Inter-Courtage dans une note publiée ce lundi, dans laquelle il met notamment en avant les pluies en Amérique du Sud, le cas de peste porcine et le « léger rebond des cas de Covid en Chine ».

En dehors des pluies qui sont tombées sur l’Argentine et le Brésil, il n’y a pas « de changements significatifs » des éléments fondamentaux, considère le cabinet Agritel. Selon lui, les opérateurs se demandent si les marchés, longtemps dans une spirale haussière, ne sont pas entrés dans une spirale baissière, « après le très net repli des cours vendredi sur les marchés financiers ».

Poids des fonds

« Ces derniers confirment que le poids des fonds est important, avec des prises de profit qui sont mises en avant essentiellement pour justifier ce repli », a ajouté Agritel, pour qui les inquiétudes liées au Covid-19 et à ses variants pèsent également sur les marchés.

« Sur la scène internationale, la dynamique de la demande chinoise est en question avec de nouveaux cas de Covid constatés dans le pays, ainsi qu’un nouveau foyer de fièvre porcine », a conclu Agritel, même si les États-Unis « ont vendu 136 000 tonnes de soja à la Chine vendredi. »

Vers 17h35 sur Euronext, la tonne de blé tendre progressait de 1,75 euro sur l’échéance de mars, à 225 euros, et de 0,75 euro sur l’échéance de mai, à 220 euros.

La tonne de maïs reculait de 1,75 euro sur l’échéance de mars, à 211 euros, et 1,50 euro sur l’échéance de juin, à 208,50 euros.

Avec l’AFP