Cet appel d’offres permettra de répondre à pas mal d’interrogations des opérateurs, de « voir ce qui est proposé et à quel prix, alors que les prix en Russie ont pas mal augmenté depuis quelques semaines », a souligné Gautier Le Molgat, analyste au cabinet Agritel, lors d’un entretien à l’AFP.

« Au regard des prix actuellement pratiqués, l’origine mer Noire fait peu de doute, estime le cabinet de conseil. Il sera néanmoins intéressant de voir les prix retenus par rapport aux derniers achats, compte tenu de la hausse de ces derniers jours. »

Quelle compétitivité du blé français ?

« On est sur un marché qui est arrivé sur un point haut, on voit bien qu’il est hésitant », ajoute Gautier Le Molgat, estimant que les résultats de l’appel d’offres permettront d’évaluer, pour le blé français, sa « compétitivité par rapport aux origines mer Noire », ainsi que les volumes que vont acheter les Égyptiens, un des principaux importateurs mondiaux, compte tenu de la hausse des prix générale.

Vers 17h00 sur Euronext, la tonne de blé tendre perdait 1,25 euro sur l’échéance de décembre, à 191,25 euros, et était stable sur celle de mars, à 188 euros.

La tonne de maïs, quant à elle, était stable sur l’échéance de novembre, à 167,50 euros, ainsi que sur celle de janvier, à 170,25 euros.

Avec l’AFP
Votre analyse quotidienne du marché - Céréales

Le blé en petite hausse à l’approche d’un week-end arrosé

Les prix du blé progressaient légèrement, vendredi 23 juillet 2021 dans l’après-midi, sur fond de météo fluctuante qui complique les moissons et abaisse la qualité de la production.