Lundi 23 mai 2022 sur Euronext, la tonne de blé a clôturé à 426,00 € (+5,25 € par rapport à la séance précédente) sur l’échéance de septembre et à 418,50 € (+4,50 €) sur celle de décembre.

La tonne de maïs a clôturé à 364,00 € (+3,75 €) sur l’échéance de juin et à 369,75 € (+5,00 €) sur l’échéance d’août.

> Consultez les cours et marchés des céréales sur Lafranceagricole.fr

Ce mardi 24 mai 2022, vers 11h00 sur Euronext, la tonne de blé s’établissait à 428,25 € (+2,25 €) sur l’échéance de septembre et à 420,00 € (+1,50 €) sur l’échéance de décembre.

La tonne de maïs s’échangeait à 366,75 € (+2,75 €) sur l’échéance de juin et à 371,25 € (+1,50 €) sur celle d’août.

Rendements européens attendus en baisse

« Les cours des céréales débutaient la semaine sur une note de fermeté », explique Agritel dans sa note quotidienne. Le cabinet souligne « un contexte de crainte de voir la production française en net repli par rapport à l’an passé, conséquence du déficit hydrique persistant, ce malgré les orages qui ont sévi hier sur une partie de l’Hexagone. »

Le 23 mai, la Commission européenne a révisé à la baisse ses estimations de rendements de l’Union européenne pour 2022 :

  • Blé : 58,9 q/ha (contre 59,5 q/ha estimé le mois dernier),
  • Orge d’hiver : 57,8 q/ha (contre 57,9 q/ha),
  • Orge de printemps : 41,8 q/ha (43,1 q/ha),
  • Maïs : 79,2 q/ha (contre 79,1 q/ha).

Sitagri indique dans une note qu’en Ukraine, « 98 % des cultures de printemps ont été semées à ce jour, dont 2,292 millions d’acres [environ 927 500 ha] d’orges de printemps et 466 000 acres [environ 188 500 ha] de blé de printemps. »