Jeudi 23 juin 2022 sur Euronext, la tonne de blé clôturait à 359 euros (–11,50 euros par rapport à la clôture de la veille) sur l’échéance de septembre et à 352,25 euros (–10,75 euros) sur l’échéance de décembre.

La tonne de maïs clôturait également en baisse à 307,75 euros (–15,75 euros) sur l’échéance d’août et à 306,25 euros (–12,25 euros) sur l’échéance de novembre.

> Consultez les cours et marchés des céréales sur Lafranceagricole.fr

Vendredi 24 juin, vers 11 h sur Euronext, la tonne de blé baissait de 1,75 euro à 357,25 euros sur l’échéance de septembre et de 1,50 euro à 350,75 euros sur l’échéance de décembre. La tonne de maïs baissait, quant à elle, de 3,75 euros à 304 euros sur l’échéance d’août et de 2,75 euros à 303,50 euros sur l’échéance de novembre.

« Les marchés poursuivent leur repli, le contexte macroéconomique l’emportant sur les fondamentaux, indique ce matin le cabinet Agritel dans sa note quotidienne. L’incertitude demeure donc forte dans un contexte où la formation des prix doit inclure géopolitique, fondamentaux, et environnement économique inflationniste », poursuit-il.

Aux États-Unis, les cours se repliaient également, « dans un contexte de retrait de la part des fonds ». « La météo sera à suivre de près sur la Corn Belt sur les 15 prochains jours, en raison de la période critique de floraison qui débutera », commente Agritel.

Hier, le Conseil international des céréales (CIC) a mis à jour ses estimations de production mondiale, inchangées pour le blé par rapport au mois précédent (769 millions de tonnes) et en hausse pour le maïs de 6 millions de tonnes, à 1,190 milliard de tonnes.

C.S.