Alarmé par la flambée des prix de certains produits alimentaires de base, le Premier ministre russe Mikhaïl Michoustine a demandé le 10 décembre 2020 au gouvernement de lui présenter d’ici au 14 décembre 2020 des mesures d’encadrement des prix sur le marché intérieur.

« C’est ce qui a redynamisé les cours, alors qu’ils étaient plutôt sur une tendance de faiblesse et de prises de bénéfices de fin d’année », a indiqué à l’AFP un courtier ayant requis l’anonymat.

Taxes et contingent en Russie ?

Concernant le blé, « on ne sait pas si ce sera que des taxes, ou bien à la fois des taxes et un contingent limité de volumes », a-t-il ajouté.

Les autorités envisageraient « un projet basé sur 2 axes », selon une note du cabinet Inter-Courtage : un quota d’exportations entre le 15 février et le 30 juin 2020, « déjà envisagé préalablement à hauteur de 17,5 millions de tonnes mais jugé non restrictif », et, deuxième axe, une taxe à l’exportation des blés, « dont le calcul paraît assez complexe, mais dont la valeur est estimée à 25 dollars la tonne », a indiqué Inter-Courtage.

Stocks mondiaux de blé revus à la baisse

Le rapport mensuel USDA, publié le 10 décembre 2020 par le ministère américain de l’Agriculture, a par ailleurs revu à la baisse ses projections quant aux stocks mondiaux de blé à l’issue de la campagne de 2020-2021, une baisse imputable à l’appétit de la Chine, revu à la hausse de 3 Mt pour l’alimentation du bétail.

Vers 17h00 sur Euronext, la tonne de blé tendre progressait de 3,25 euros sur l’échéance de mars, à 208 euros, et sur celle de mai, à 205 euros.

La tonne de maïs, quant à elle, restait stable sur l’échéance de janvier, à 188,75 euros, et de 50 centimes sur le contrat de mars, à 190,25 euros.

Avec l’AFP
Votre analyse quotidienne du marché - Céréales

Le blé passe la barre des 280 euros la tonne

Les prix du blé continuaient de grimper ce lundi 25 octobre 2021 après-midi sur le marché européen Euronext, passant la barre des 280 euros la tonne à brève échéance. Ils sont portés par la forte demande internationale et la flambée des coûts de l’énergie.