La timidité de l’offre facilite les échanges pour les broutards et les taurillons charolais, qui reprennent quelques centimes sur les marchés et les cadrans. Les broutards de 350/400 kg U de conformation se négocient autour de 2,75 € et les taurillons de 400/450 kg se situent autour de 2,65 €.

Les transactions restent très calmes en limousins, du fait d’un repli de la demande italienne. Les 350/400 kg U de conformation partent pour 2,78 € de moyenne sur le cadran d’Ussel. Les broutards blonds d’Aquitaine restent recherchés et bénéficient de tarifs convenables. Les blonds de 250/300 kg se valorisent à hauteur de 3,40 € à Cholet et les 200/250 kg se vendent 3,75 € à Agen.

Du côté des femelles, l’activité commerciale est régulière pour les bonnes laitonnes herbées exportées vers l’Italie. Les charolaises de 12/18 mois de 350/400 kg se négocient autour de 2,60 €/kg vif et les 12/18 de mois de 400/450kg se vendent de 2,15 à 2,40 € sur Moulins-Engilbert. Les tarifs des femelles communes non vaccinées qui s’écoulent sur l’Espagne restent faibles, notamment dans les légères.

> À lire aussi : Sur un marché aux bestiaux aux temps du coronavirus (20/05/2020)