La demande est suivie pour les mâles légers de moins de 350 kg. Les tarifs se stabilisent sur l’ensemble des races et des marchés. À Moulins-Engilbert, Châteaumeillant et Sancoins, les bons mâles charolais de 250 à 300 kg se sont valorisés entre 2,90 et 3,10 €/kg vif. Les 300 à 350 kg se sont vendus entre 2,80 et 2,90 €/kg vif. Ces tarifs sont identiques à ceux de l’an passé.

La modestie saisonnière de l’offre limite la pression, mais les broutards de plus de 450-500 kg se tassent légèrement de 2,45 à 2,60 €/kg vif.

Dans l’Ouest, la demande est assez soutenue dans les premiers broutards d’automne, notamment s’ils sont vaccinés. A Cholet et Châteaubriant, les mâles bons charolais de 270 kg/320 kg se négocient entre de 850 et 930 €. Les 350 kg montent à 950 €.

En femelles, la demande est suivie de la part des acheteurs régionaux pour les bonnes laitonnes lourdes et indemnes d’IBR. La demande sur l’Italie est ciblée sur les grosses femelles bien conformées avec une stabilisation des prix. Le placement est en revanche plus difficile dans la moyenne marchandise.