Le bilan de cette année montre une activité fortement impactée par la pandémie de Covid-19, qui a bouleversé la filière mâle avec les confinements et la fermeture de la RHF dans de nombreux pays. Les tarifs sur la période du début de l’année ont été moins relevés que les années précédentes, avec un impact sur les exportations dès le mois d’avril.

La tendance à la décapitalisation dans les élevages réduit les disponibilités et devrait se poursuivre en 2021. À l’exportation, l’Italie reste notre premier partenaire, mais la moindre rentabilité des ateliers locaux et la raréfaction des stocks fourragers se répercutent sur le prix du maigre.

Le prix moyen est en repli de 0,12 €/kg pour 2020. Les mâles charolais de 350-400 kg vaccinés se sont en moyenne négociés à 2,57 €/kg vif, contre 2,69 €/kg en 2019 et 2,77 € en 2018 sur les cadrans du centre. On observe cependant une grande disparité des prix liée à la vaccination et des différentes modalités pour exporter les animaux (vaccinés 10 j, 60 j, PCR…).

La fin de l’année sera marquée par un arrêt de l’activité à l’exportation pendant trois semaines, qui ne reprendra vraiment sur l’Espagne qu’après l’Épiphanie (6 janvier). Les importateurs italiens misent sur une offre plus abondante en début d’année, ce qui est loin d’être acquis, car les disponibilités en mâles vaccinés ne sont pas si importantes et devront couvrir également une reprise des échanges avec l’Algérie.