L’activité commerciale reste régulière dans les bassins du Charolais ou du Limousin, avec une offre qui progresse et qui se montre en accord avec les besoins de nos partenaires à l’exportation pour les sujets de 350-450 kg. Les tarifs se stabilisent dans cette catégorie. Sur les sujets plus légers, la demande reste présente, avec des acheteurs qui privilégient les têtes de lots de fin d’été avec des tarifs plus relevés.

Les mâles charolais U de 300-350 kg se négocient entre 2,70 et 2,75 € sur Cholet, Moulins-Engilbert ou Châteaumeillant. Ces tarifs montent entre 2,50 et 2,90 € pour les 250-300 kg. L’offre est réduite sur cette gamme de marchandise dans le centre du pays, car les éleveurs attendent des conditions plus favorables pour sortir les animaux. Les tarifs sont fermes en limousins, avec des 350-400 kg qui se valorisent à 2,84 € sur Ussel. Les blonds d’Aquitaine tendent également à progresser, avec une hausse de 10 € sur Cholet et Châteaubriant.

Les disponibilités sont plus abondantes sur l’Ouest, avec des éleveurs qui vendent leurs laitons d’automne avant la mise à l’herbe. La demande est régulière pour les animaux de 300-350 kg, même si les tarifs tendent à plafonner avec des lots de charolais qui se vendent entre 850 et 950 € sur Châteaubriant.

La commercialisation reste très sélective sur la marchandise de second choix, majoritairement non-vaccinée et qui nécessite une PCR pour le marché espagnol.

Du côté des femelles, la couverture de la demande est plus aisée, y compris pour les bonnes laitonnes vaccinées à destination du marché italien, avec des tarifs stables. Les charolaises de 300-350 kg bien conformées se vendent entre 2,70 et 2,75 € et des limousines U partent entre 2,80 et 2,85 €.