Sur les cadrans du centre de la France, le flux commercial est plus convenable. Les tarifs des broutards charolais ou limousins rebondissent.

Les charolais U de 400 à 450 kg se négocient entre 2,40 et 2,50 €/kg vif. Les sujets de 450 à 500 kg remontent à 2,34 € à Moulins-Engilbert. Le commerce reste assez fluide pour les animaux der 300 à 350 kg, grâce à la finalisation d’un bateau pour Israël. Les sujets U de 300 à 350 kg se vendent autour de 2,70 € à Moulins-Engilbert et 2,75 € à Châteaumeillant. Les limousins de même poids sont à 2,88 € à Ussel.

En femelles, l’équilibre entre offre et demande reste très favorable pour les charolaises, limousines ou les croisées de 300 à 350 kg préparées pour le marché italien. Les tarifs s’établissent à 2,60 € pour les croisées de Mauriac, 2,76 € pour les charolaises de Châteaumeillant et 2,89 € pour les limousines d’Ussel.

Sur le grand ouest, le commerce est assez fluide avec peu de bons broutards à la saison. Les premiers laitons d’automne ne sortiront que dans un mois. Les tarifs se maintiennent dans la moyenne marchandise à destination de l’Espagne en raison de volumes restreints.

Votre analyse du marché - Bovins maigres

Marché fluide

La fluidité commerciale est assurée par les faibles volumes mis en marché, après une semaine dédiée aux moissons et au ramassage de l’herbe.