Cette semaine, l’animation commerciale est plus calme, dans l’attente de la préparation de nouveaux bateaux à destination des pays tiers. Sur la plupart des marchés, les tarifs se maintiennent sur des bases peu élevées. Les sujets charolais U de 350/400 kg se vendent à 2,44 €/ kg vif de moyenne. A Ussel ou aux Hérolles, les tarifs sont davantage discutés dans les limousins. Les broutards U de 350/400 kg se négocient autour de 2,65 €. Ceux de 300/350 kg se valorisent à 2,85 €.

Dans l’Ouest, les volumes restent importants tandis que la qualité des animaux tend à se dégrader, les têtes de lots étant parties. Les bons lots charolais de 250/300 kg se vendent entre 720 et 800 €. Les tarifs des lots de 300/350 kg oscillent entre 820 et 900 €. Du côté des blonds d’Aquitaine, les bons sujets de 300/350 kg se maintiennent entre 1 030 et 1 100 €. Dans la marchandise de choix secondaire, la commercialisation est plus compliquée face à un marché espagnol saturé.

S’agissant des femelles, elles bénéficient d’une demande soutenue du marché italien pour une production de babynettes qui prend de l’ampleur. Les bonnes charolaises de 300/350 kg sont peu nombreuses et valorisées au-dessus du prix des mâles. Leurs tarifs sont compris entre 2,70 et 2,80 € à Moulins-Engilbert. Cette fluidité de marché profite aux catégories inférieures à destination de l’Espagne.