Les acheteurs, présents en nombre, face à une offre limitée, ont entraîné un commerce très fluide avec une fermeté des prix dans l’ensemble des mâles charolais, limousins, blonds d’Aquitaine ou croisés de bonne conformation, surtout s’ils sont vaccinés pour l’exportation.

Les sujets de 300 à 400 kg disposent de larges débouchés (France, Allemagne, Belgique, Espagne ou Italie). Les jolis mâles légers restent recherchés pour la repousse avec des tarifs en progression. Les charolais de 300 à 350 kg se négocient entre 2,80 € et 2,95 €/kg vif et les limousins entre 2,90 € et 3,10 €/kg vif pour les 350 à 400 kg. Cette gamme de tarif est sensiblement la même que celle de l’an passé. Dans les plus de 450 kg, la demande italienne se replie, car les mises en place correspondent à des sorties estivales. Le relais est pris par l’Algérie au gré des départs de bateaux.

Dans les femelles, le commerce est également favorisé par le recul de l’offre. La vente est régulière avec des cours stables pour les laitonnes de 300 à 350 kg indemnes d’IBR peu offertes et recherchées par les Français ou les Italiens. Ces femelles charolaises U se négocient autour de 2,60 € et les limousines à 2,75 €/kg vif. En revanche, le commerce demeure difficile dans les femelles ordinaires expédiées vers l’Espagne, où les ateliers s’engorgent faute de consommation.