Les charolais U de 400 à 450 kg se sont négociés autour de 2,60 €. La tendance est en revanche plus lourde dans les sujets de plus de 450 kg. L’animation commerciale est assez fluide dans la catégorie de mâles de moins de 350 kg. Ces derniers sont recherchés pour la repousse à l’herbe ou pour l’engraissement. Les animaux de 300 à 350 kg se sont valorisés cette semaine entre 2,80 et 3,00 € en fonction des marchés. Du côté de l’Espagne, la demande est soutenue, mais les acheteurs privilégient les animaux vaccinés pour éviter les frais de PCR.

Sur les marchés de Cholet et de Châteaubriant, l’activité demeure régulière que ce soit dans les charolais ou les limousins mis en place sur la région. Les animaux U de 300 à 350 kg se négocient entre 820 et 900 €. Le commerce est en revanche plus difficile dans les rouges des prés qui ne bénéficient pas de débouchés à l’exportation. Ces broutards se valorisent en 550 et 700 € en fonction du poids.

Dans les femelles, le manque de dynamisme de la consommation sur le marché espagnol après la tempête « Gloria » ne renforce pas la demande. Le commerce reste très calme et l’offre dans la marchandise ordinaire est suffisante. Les tarifs sont compris entre 450 et 600 €, voire moins pour les sujets de moindre conformation.

Le placement est régulier pour les bonnes laitonnes charolaises ou limousines vaccinées destinées au marché italien ou espagnol. Ces dernières sont également recherchées pour la repousse sur la France. Les charolaises ou limousines U de 300 à 350 kg se négocient autour de 2,60 €.