Les tarifs sont fermes sur les cadrans du centre du pays, même si une tendance au plafonnement est observée après les hausses de ces dernières semaines. Cette fermeté se répand aux mâles de moins de 350 kg non vaccinés, qui sont recherchés pour la repousse à l’herbe. La demande espagnole est également soutenue et des achats complémentaires pour le Maroc complètent le carnet de commandes.

Les tarifs se stabilisent sur les cadrans de Moulins-Engilbert, Châteaumeillant, Saint-Christophe-en-Brionnais et le marché de Bourg-en-Bresse. Les charolais de 350-400 kg se vendent de 2,60 à 2,80 €, en fonction de leur qualité, avec une moyenne proche de 2,70 €. Le commerce reste également soutenu pour les bons limousins qui se sont négociés de 2,90 à 3,10 € sur le cadran d’Ussel.

Sur les marchés de Cholet et Châteaubriant, l’activité est plus soutenue pour les mâles préparés pour l’exportation ou mis en place sur la région, avec des sujets U de 300-350 kg qui se négocient entre 870 et 940 €. Les échanges sont également plus réguliers pour la marchandise plus commune à destination de l’Espagne qui se vend de 550 à 700 €.

Le commerce des femelles reste très calme, avec suffisamment de marchandise ordinaire pour les besoins espagnols. Les tarifs sont compris entre 500 et 600 €, voire moins pour les légères. Le placement est régulier pour les bonnes laitonnes charolaises ou limousines destinées au marché italien, mais également recherchées pour la repousse. Les charolaises U de 300-350 se négocient autour de 2,60 € à Châteaumeillant et les limousines de même poids se valorisent 2,70 € à Ussel.