Depuis le début des travaux de printemps, les disponibilités sont moindres et une tendance à la détente se profile.

La réduction de l’offre pourrait être accentuée par l’appel de la FNB à « retenir les animaux en ferme », faute de prix rémunérateurs. De l’autre côté, l’appel des laiteries à limiter la production laitière pourrait s’accompagner d’un taux de réforme plus important, mais pour l’heure, les éleveurs sont pris par les semis de maïs.

Cette semaine, les prim’holsteins P + se sont commercialisées entre 2,57 et 2,63 €/kg de carcasse dans les abattoirs.

Le commerce reste compliqué pour les vaches normandes et montbéliardes, qui pâtissent toujours de la fermeture de la quasi-totalité des débouchés en RHF. Les vaches O se négocient entre 2,80 et 2,90 €/kg de carcasse.