Malgré une faible activité, la tendance reste légèrement positive en réformes laitières. Les prim’holsteins, P+/O– lourdes se négocient entre 2,57 et 2,65 €/kg. Les tarifs des vaches P=3 se situent entre 2,40 et 2,50 €/kg, suivant le poids ou les abattoirs.

L’activité commerciale est très calme pour les femelles de qualité bouchère. Les acheteurs recherchent en priorité du prix pour les promotions des GMS. Les charolaises R de moins de dix ans se sont facilement négociées sur le marché de Cholet, dans une gamme de prix allant de 3,55 à 3,70 €/kg, pour une moyenne stable à 3,64 €/kg. Les tarifs animaux plus âgés ou de moindre conformation se situent entre 3,40 et 3,55 €/kg.

Les tarifs des bonnes vaches charolaises lourdes U plafonnent, avec une gamme comprise entre 3,80 et 3,90 €/kg.

L’écoulement est un peu plus régulier en blondes d’Aquitaine ou limousines, mais les tarifs pratiqués sont sans changement.

Votre analyse du marché - Bovins de Boucherie

Marché à l’équilibre

Bien que les ventes ne soient pas très dynamiques dans le secteur aval, les disponibilités globalement modestes assurent l’équilibre en races à viande. Du côté des réformes laitières, aucun changement tarifaire n’est à noter. En jeunes bovins, le commerce reste très fluide compte tenu d’une offre toujours déficitaire sur le marché européen.