Le report sur le marché intérieur de viandes normalement destinées pèse sur les cours. C’est le cas notamment des jeunes bovins (JB), qui ont énormément souffert du Covid-19 avec une chute importante des envois français vers l’Italie ou la Grèce.

Les retards accumulés pendant la période de confinement ne se résorbent pas, y compris dans pour les JB laitiers qui ont subi de plein fouet la fermeture de la restauration rapide.

Le marché est stable en réformes laitières, avec des tarifs en retrait de 0,15 €/kg par rapport à l’an passé. Les prix des prim’holsteins P+/O– se maintiennent entre 2,87 et 2,92 €/kg. La majorité des vaches sont classées P=2 ou 3 et se négocient entre 2,65 et 2,80 €/kg en fonction du poids. Les vaches maigres ou légères se vendent entre 2,00 et 2,30 €/kg voire moins dans animaux de qualité inférieure.

En races mixtes, les normandes et les montbéliardes ne retrouvent pas leurs niveaux tarifaires d’avant la crise et se vendent entre 3,00 et 3,15 €/kg.