Parmi les bonnes femelles blondes d’Aquitaine U de plus de 500 kg, les transactions sont régulières. Les meilleures se valorisent entre 5,10 et 5,30 €. Les blondes d’Aquitaine U de 400-450 kg se vendent de 4,70 à 5,00 € tandis que les plus légères ou de moindres conformations affichent 3,95 à 4,60 €.

Les tarifs des limousines U se tiennent entre 4,50 et 4,80 €, voire 5,00 € dans les extras. Les bonnes vaches charolaises U– lourdes affichent des niveaux tarifaires stables autour de 4,20 €. La tendance est également au maintien des prix du côté des charolaises R= de plus de 400 kg. Ces dernières se négocient de 4,10 à 4,15 € sur le marché de Cholet. Les vaches d’entrée de gamme O se commercialisent entre 3,60 et 3,80 €.

En réformes laitières, l’offre se trouve en adéquation avec la demande. Les tarifs des vaches normandes ou montbéliardes lourdes sont reconduits entre 3,45 et 3,55 €. Les prix des prim’holsteins P+/O– oscillent de 2,30 à 3,35 € en fonction des outils industriels. Du côté des vaches de gamme intermédiaire P=, la fourchette tarifaire varie de 2,90 à 3,20 € en fonction de leur poids et de leur finition. Dans les vaches de conformations P–1 et 2, les abatteurs pratiquent un tri plus marqué. Les femelles de cette catégorie se vendent entre 2,30 et 2,60 €.