La tendance est ponctuellement à la stabilisation des prix, parmi les vaches laitières de réforme. Les vaches prim’holsteins P+/O– se négocient entre 2,85 et 2,90 €. Les vaches P= de plus de 360 kg se vendent entre 2,75 et 2,82 € en fonction des abattoirs. Dans les sujets P–, les tarifs oscillent entre 1,80 et 2,40 € selon le poids et l’état de finition.

Parmi les animaux de races à viande, les prix restent à la hausse. Les génisses et les vaches R, sous condition d’un poids supérieur à 380 kg et d’un âge inférieur à 10 ans, profitent de cette tendance. Cette dynamique est également favorable aux catégories moins conformées, recherchées pour la fabrication de minerai.

Dans les bonnes femelles blondes d’Aquitaine, limousines ou charolaises de qualité bouchère, le commerce reste assez fluide. Sur le marché de Cholet ce mardi 2 juin, les bonnes charolaises U–/U= de moins de 10 ans se sont vendues entre 3,90 et 4,10 €.

Les prix des vaches charolaises ou rouges des prés R de moins de 10 ans se situent autour de 3,80 €. Quant aux vaches d’entrée de gamme R–, elles se sont rapidement négociées autour de 3,70 €.