Sur les marchés, l’activité commerciale se complique pour les femelles de qualité bouchère. Les tarifs des vaches blondes d’Aquitaine se tassent légèrement sur le marché de Cholet. Les vaches U de plus de 500 kg sont vendues entre 4,45 et 5,00 €/kg net.

Les limousines sont également moins sollicitées, mais leurs tarifs sont reconduits. Les prix des sujets U oscillent de 4,30 à 4,60 €/kg carcasse et ceux des sujets R varient de 3,80 à 4,20 €.

S’agissant des charolaises, les transactions se montrent très calmes. Les tarifs des vaches R restent établis à hauteur de 4 € dans certains abattoirs, mais ils affichent 3,85 € sur les marchés pour les autres acheteurs. Ces différences de valorisation entraînent une certaine discordance entre acheteur et vendeur dans les campagnes.

Dans les réformes laitières, la tendance est au maintien des prix malgré les disponibilités réduites. Les prim’holsteins P+/O– lourdes se vendent entre 2,85 et 2,92 €. Le tri semble légèrement plus marqué parmi les vaches P=. Ces dernières se négocient entre 2,70 et 2,82 € en fonction des abattoirs. Les vaches en manque de finition, qui subissent une pression commerciale plus forte, se négocient entre 2,00 et 2,30 € en fonction du poids et des abattoirs.