Les tarifs sont reconduits sur le marché de Cholet dans les bonnes vaches charolaises U– lourdes qui se sont valorisées autour de 4,20 €. La tendance est également au maintien des prix dans les charolaises standards de plus de 400 kg, qui se négocient de 4,10 à 4,20 € (4,20 à 4,30 € à Saint-Christophe-en-Brionnais).

Les vaches d’entrée de gamme R– avec du poids se vendent normalement entre 4,00 et 4,05 € et les maigres ou O de conformation se situent entre 3,60 et 3,80 €.

Les transactions sont régulières, mais avec très peu de mouvements tarifaires dans les bonnes femelles blondes d’Aquitaine U de plus de 500 kg qui se valorisent entre 5,10 et 5,30 € dans les meilleures. Les blondes U de 400-450 kg se vendent de 4,70 à 5,00 € et de 3,95 à 4,60 € dans les plus légères ou de moindres conformations.

Dans les réformes laitières, même si les volumes disponibles sont quelque peu amoindris par les chantiers d’ensilage de maïs dans les Pays de la Loire et le sud de la Bretagne, l’offre correspond mieux à une demande un peu moins soutenue.

Les tarifs se sont stabilisés et les bonnes vaches normandes ou montbéliardes lourdes se négocient de 3,45 à 3,55 € et les prim’holsteins P+/O– se maintiennent de 2,30 à 3,35 € pour les P+/O– en fonction des outils industriels.

La fourchette tarifaire va de 2,90 à 3,20 € dans les vaches de gamme intermédiaire P= en fonction du poids et de la finition. Les vaches inférieures P–1 et 2 sont malmenées et se valorisent entre 2,30 et 2,60 €.