Mercredi 11 janvier 2023 sur Euronext, la tonne de blé a clôturé à 293 euros sur l'échéance de mars (+2,50 euros par rapport à la clôture précédente) et à 290,75 euros (+2 euros) sur celle de mai. La tonne de maïs a, quant à elle, clôturé à 282,75 euros (+0,25 euro) sur l'échéance de mars et à 283,50 euros (stable) sur celle de juin.

Ce jeudi 12 janvier 2023, vers 11h, la tonne de blé perdait 1 euro sur les échéances de mars et de mai, à 292 et 289,75 euros. La tonne de maïs perdait 1,50 euro sur l'échéance de mars, à 282,25 euros, et 0,25 euro sur celle de juin, à 283,25 euros.

Rebond de l'euro

Dans sa lettre hebdomadaire, Agritel estime que ce "léger rebond des cours", après le "net repli du début de la semaine", s'explique principalement par le rebond de l'euro face au dollar.

Sitagri souligne que "l’euro se maintient sur ses plus hauts niveau depuis juin 2022 face au dollar américain". La parité euro/dollar s'établissait, ce jeudi 12 janvier 2023 au matin, autour de 1,0760.

Le rebond des prix des céréales est cependant limité par "la compétitivité des origines mer Noire qui reste d’actualité", ajoute Agritel.

Dans l'attente de rapports

Les opérateurs sont dans l'attente de deux rapports de la part du ministère américain de l'Agriculture (USDA) ce jeudi dans la soirée. Il s'agit d'une part du rapport mensuel sur l'état de l'offre et de la demande à l'échelle mondiale, et d'autre part, du rapport hebdomadaire sur les ventes à l’exportation.

Sitagri souligne qu'à Chicago, le blé a gagné 9 centimes de dollar par boisseau, "soutenus par des ajustements de position" avant ces rapports. Le maïs est resté relativement stable.

Maïs argentin : baisse des estimations de production

Agritel rapporte que la Bourse de Rosario a révisé en forte baisse son estimation de production de maïs à seulement 45 millions de tonnes, contre 55 millions de tonnes précédemment. "Les estimations de récolte au Brésil demeurent toutefois sur des records, permettant d’atténuer l’impact de baisse de production de l’Argentine."