Toutes les régions sont touchées, mais c’est dans l’Ouest que la situation est la plus délicate. Les tarifs se sont repliés sur les marchés de Cholet et de Châteaubriant. De nombreux lots de broutards de 250 à 300 kg ont été négociés entre 800 et 900 €. Des invendus ont été enregistrés dans la marchandise plus commune ou légère.  

Sur les cadrans du centre du pays, la situation est identique, mais la proportion d’animaux vaccinés est plus importante. Cela permet de tenir les tarifs des bons sujets lourds préparés pour l’exportation. À Moulins-Engilbert et Châteaumeillant, les charolais U de 350-450kg se sont négociés entre 3,30 et 3,45 €/kg vif. Les prix des limousins de plus de 350-450kg se stabilisent autour de 3,55 €/kg vif à Ussel ou aux Hérolles.

En femelles, l’accroissement des volumes couvre les besoins des exportateurs qui ne se privent pas pour peser sur les prix. Sur le cadran de Moulins-Engilbert, les charolaises U de 300-350 kg se négocient autour de 3,30 €/kg vif mais les tarifs se tassent à 3,20 € à Châteaumeillant.

Les limousines décrochent à Ussel et aux Hérolles. Les sujets de300 à 350 kg se vendent autour de 3,20 €/kg vif. Les tarifs sont malmenés pour les femelles légères et non-vaccinés.