Lundi 28 novembre 2022 sur Euronext, la tonne de blé a clôturé à 315,25 euros sur l'échéance de mars (–3,25 euros par rapport à la clôture précédente) et à 313,50 euros (–3,75 euros) sur celle de mai.

La tonne de maïs terminait à 301 euros (–3 euros) sur mars et à 302,50 euros (–3,50 euros) sur juin.

Marché morose;

Les marchés étaient en effet "un peu moroses hier faisant suite aux évènements de contestation en Chine du week-end dernier", indique Agritel dans sa note quotidienne. Une morosité qui se traduit par "un repli généralisé des cours".

Aux États-Unis, les cours se sont affichés le lundi 28 novembre "au plus bas depuis le 22 août", souligne Agritel. Cette baisse est la "conséquence du manque de compétitivité des origines américaines et de la situation en Chine".

Pour Sitagri, le blé américain reste également "sous pression avec les perspectives d’une récolte record en Russie et des exportations américaines  faibles".

Ce mardi 29 novembre 2022 sur Euronext vers 11h, la tonne de blé regagnait 1,25 euro sur l'échéance de mars, à 316,50 euros, et 1,25 euro également sur celle de mai, à 314,75 euros.

La tonne de maïs perdait 0,25 euro sur mars, à 300,75 euros, et gagnait 0,50 euro sur l'échéance de juin, à 303 euros.

Maïs français : regain d'intérêt

"Avec la récente baisse des cours, le maïs a regagné en intérêt auprès des utilisateurs français en FAB (1) et en amidonnerie", souligne l'AGPM dans sa note hebdomadaire du 28 novembre 2022. "Il en va de même à l’exportation sur le Benelux". En revanche, "les maïs ukrainiens et brésiliens restent trop compétitifs sur l’Espagne".

(1) fabrication d'aliment du bétail.