Mercredi 26 octobre 2022 sur Euronext, la tonne de blé a clôturé à 334,25 euros (–2,25 euros par rapport à la clôture de la veille) sur l’échéance de décembre et à 334,25 euros (–2,75 euros) sur l’échéance de mars.

La tonne de maïs clôturait à 332,25 euros (–1,75 euro) sur l’échéance de novembre et à 330,75 euros (–1,75 euro) sur celle de mars.

Ce jeudi 27 octobre, vers 11h00 sur Euronext, la tonne de blé regagnait cependant 2,50 euros sur l'échéance de décembre, à 336,75 euros, et 2,25 euros sur celle de mars, à 336,50 euros.

De son côté, la tonne de maïs gagnait 1,75 euro sur l'échéance de novembre, à 334,00 euros, et 2,00 euros sur mars, à 332,75 euros.

Manque de compétitivité du blé français

Dans sa lettre quotidienne, Agritel souligne en effet un "léger effritement" des cours des céréales en "l'absence de nouveaux éléments et de ralentissement d’activité sur la scène internationale : "Les blés français manquent de plus de compétitivité par rapport aux origines russes."

Corridor en Mer

Par ailleurs, "les regards portent toujours sur la prolongation de l’accord sur le corridor mer Noire, accord qui s’achève normalement le 20 novembre prochain", souligne le cabinet.

Selon l'AFP, le chef de l'agence humanitaire de l'ONU s'est dit "relativement optimiste" mercredi sur la prolongation de cet accord ; optimisme tempéré par la Russie qui a insisté sur ses revendications.