"Les marchés étaient hésitants hier avec un début de séance en net repli en céréales, avant de limiter leurs pertes en fin de journée", rapporte Agritel

"Les négociations sur le prolongement du corridor se poursuivent, alors que plus de 150 bateaux attendent d’être inspectés en Turquie, ce qui limite considérablement les flux maritimes", informe encore le cabinet.

L'AGPM ajoute : "Aux dires de l’ONU, les discussions diplomatiques avec la Russie sur le corridor maritime ukrainien montraient des signes de progrès. Cela a fait pression sur les cours des céréales la semaine passée."

Ainsi, lundi 24 octobre 2022 sur Euronext, la tonne de blé a clôturé à 339 euros (–3,00 euros par rapport à la clôture de la veille) sur l’échéance de décembre et à 338,75 euros (–3,50 euros) sur l’échéance de mars.

La tonne de maïs clôturait, quant à elle, à 332,75 euros (–1,50 euro) sur l’échéance de novembre et à 332,25 euros (–0,75 euro) sur celle de mars.

 À Chicago

Ce mardi 25 octobre, peu avant 11h00 sur Euronext, la tonne de blé perdait ainsi 2,00 euros, à 337,00 euros, sur l'échéance de décembre et 1,75 euro, à 337 euros, sur celle de mars.

De son côté, la tonne de maïs gagnait 0,50 euro, à 333,25 euros, sur l'échéance de novembre et perdait 0,50 euro, à 331,75 euros, sur mars.

"Sur le CBOT (1), le contrat de blé sur décembre a clôturé lundi en baisse de 12 cents à 839 cents par boisseau et le maïs sur décembre en baisse de 3 cents à 682 cents par boisseau. Il cède 2 cents pour le blé ce matin sur Globex et reste stable sur maïs", rapporte Sitagri.

"Sur la scène internationale, l’Arabie Saoudite a acheté 566 000 tonnes de blé origines optionnelles", souligne Agritel.

(1) Bourse de Chicago.