Le blé a une nouvelle fois fortement progressé le mercredi 11 mai 2022 sur le marché à terme, dans un contexte d’inquiétude sur la météo dans le sud des États-Unis et l’ouest de l’Europe. A l’inverse dans le nord des États-Unis, des précipitations importantes retardent les semis de printemps.

 

« Si en France des orages pouvaient s’inviter la semaine prochaine et apporter un peu de répit sur le stress hydrique, cela risquerait d’être localisé et insuffisant pour ne pas être amené à réviser les craintes sur une chute des rendements sur la prochaine récolte », explique Agritel dans une note publiée le 12 mai 2022.

Production record attendue en Russie

Les perspectives de rendements et de production sont attendues, quant à elles, à un niveau record en Russie, « avec toutefois les contraintes logistiques qui risquent de demeurer encore pour plusieurs mois, compte tenu de la situation géopolitique », prévient le cabinet de conseil.

 

> Lire aussi : Marché des grains, la FAO mise toujours sur une production de blé en hausse (10/05/2022)

 

Le mercredi 11 mai 2022, sur Euronext, la tonne de blé a ainsi clôturé à 403,25 (+6,75 € par rapport à la séance précédente) sur l’échéance de septembre et à 396,75 € (+6,75 €) sur l’échéance de décembre.

 

La tonne de maïs a terminé à 358,75 € (–0,75 €) sur l’échéance de juin et à 359,75 € (stable) sur l’échéance d’août.

 

> Consultez les cours et marchés des céréales sur Lafranceagricole.fr

 

Ce jeudi 12 mai 2022, peu avant 11h00 sur Euronext, la tonne de blé s’établissait à 404 € (+0,75 €) sur l’échéance de septembre et à 397,75 € (+1 €) sur l’échéance de décembre.

La tonne de maïs s’échangeait à 361 € (+2,25 €) sur l’échéance de juin et à 361,75 € (+2 €) sur celle d’août.

Achats algériens

« Sur la scène internationale, l’Algérie clôturera son appel d’offres le 12 mai 2022, et les premiers achats auraient été réalisés autour des 466 USD/t en Caf », précise Agritel. La Jordanie aurait également acheté 60 000 t de blé meunier origine optionnelle.

 

Le 11 mai 2022, FranceAgriMer a révisé à la baisse ses estimations d’exportations de blé pour la campagne de 2021-2022, tant sur les pays tiers à 9,25 millions de tonnes contre 9,5 affichés le mois dernier, que sur l’intracommunautaire à 8 millions de tonnes contre 8,1.

 

Le marché attend le 12 mai au soir le rapport mensuel de l’USDA (ministère américain de l’Agriculture), qui donnera un état des lieux des productions, exportations et stocks mondiaux, et offrira une première évaluation de la campagne agricole de 2022-2023, en intégrant la problématique logistique liée au conflit en Ukraine.

 

> À lire aussi : Conjoncture : les marchés des céréales perturbés par la guerre et les incertitudes climatiques (11/06/2022)