Selon Agritel, il n’y a eu que peu d’évolutions hier sur les marchés européens des céréales, très attentifs à la situation en mer Noire.  Le mardi 4 octobre 2022 sur Euronext, la tonne de blé clôturait à 349,75 euros (–1,25 euro par rapport à la clôture de la veille) sur l'échéance de décembre et à 348,50 euros (–2,00 euros) sur celle de mars. La tonne de maïs terminait à 339,75 euros (–0,25 euro) sur l'échéance de novembre et à 341,00 euros (–0,25 euro) sur celle de mars.

Le conflit en Ukraine pèse sur les marchés européens

Les exportations européennes de blé « s’affichent au 2 octobre à 9,15 millions de tonnes contre 9,48 millions à date l’an passé », souligne Agritel. Malgré les difficultés logistiques et financières, l’origine russe demeure la plus compétitive sur la scène internationale.

De son côté, « la France demeure le principal exportateur européen avec 3,39 millions de tonnes suivie par la Roumanie avec 1,44 million de tonnes, ajoute le cabinet. L’Algérie et le Maroc demeurent les principales destinations. »

En Ukraine, la situation reste tendue. D’une part, « les pluies retardent les semis de blé affichés à seulement 1,1 million d’hectares contre 3,1 millions l’an passé à la même époque ». D’autre part, la guerre qui sévit dans la zone du Donbass « pourrait amener le pays à ne produire que 17 millions de tonnes l’an prochain contre 19 millions cette année ».

Ce mercredi 5 octobre 2022 vers 11h00, en début de séance sur Euronext, la tonne de blé s'échangeait à 348,25 euros (–1,50 euros) sur l'échéance de décembre et à 347,00 euros (–1,50 euro) sur celle de mars. La tonne de maïs baissait, quant à elle, de 1,75 euro (à 338,00 euros) sur l'échéance de novembre et 2,00 euros sur celle de mars à 339,00 euros.

Les cours du blé rebondissent à la Bourse de Chicago

Aux États-Unis, le déficit hydrique reste d’actualité. À la Bourse de Chicago, les marchés des céréales ont réagi au rapport Crop Progress publié lundi et ont de nouveau clôturé en ordre dispersé.

Le maïs a poursuivi sa progression (+2 centimes de dollars), soutenu par le rapport de l’USDA (ministère américain de l’Agriculture) faisant état des légers retards dans la récolte : 20 % des récoltes étaient réalisées dimanche dernier contre 22 % en moyenne à la même date.

De son côté, les cours du blé cédaient 9 centimes de dollars « ce malgré un retard affiché dans les semis d’automne à 40 % contre 44 % en moyenne à date », indique Agritel.

Toutefois, le blé rebondit de 8 centimes ce matin sur Globex où le maïs reste stable, ajoute Sitagri.

Dans son dernier rapport hebdomadaire sur les inspections à l’exportation de l’USDA, les inspections de maïs et de blé sont en hausse par rapport à la semaine précédente et supérieures aux attentes, précise Sitagri.