Les intégrateurs qui gardent une certaine constance dans leurs mises en place imposent des contingentements à leurs fournisseurs. Le déséquilibre entre l'offre et la demande à cette période de l'année s’accompagne souvent d’un tri sévère dans les lots. Par ailleurs, les frais de commercialisation sont de plus en plus contraints par le prix des carburants. Une part importante des veaux prend la destination de l'Espagne qui se cale sur les cours du marché français auxquels il faut toujours ajouter le coût des PCR.

Le commerce est morose sur les marchés comme dans les centres des intégrateurs. Les prim’holsteins de moins de 45 kg sont invendables, ceux 45/50 kg se valorisent entre 30 et 60 € et les bons veaux de 50/55 kg se vendent de 70 à 100 €. Les prix des gros veaux pour l'exportation se tassent entre 100 et 120 €.

Seuls les bons veaux montbéliards expédiés sur l'Espagne conservent des prix convenables. Les sujets de 45/50 kg affichent des tarifs stables entre 60 et 120 €. Les veaux de 50/65 kg en état se commercialisent entre 130 et 180 €. Les meilleurs se vendent entre 200 et 240 €, voire 240 à 270 € dans les animaux lourds pour l’exportation.

Du côté des croisés, la pression tarifaire reste très forte sur les taupes, gris ou croisés blanc bleu R de moins de 55 kg. Ces gammes de marchandise se négocient de 100 à 170 €. Les femelles de même type partent de 50 à 90 €. Les croisés jaunes ou blanc bleu R sont malmenés et se situent entre 180 et 280 €. Les mâles U de plus de 65 kg se valorisent encore entre 300 et 400 €, voire 450 € dans les extras.