Le vendredi 23 septembre 2022 sur Euronext, la tonne de blé clôturait à 346,25 euros (–3,00 euros par rapport à la clôture de la veille) sur l'échéance de décembre et à 346,00 euros (–2,50 euros) sur celle de mars. La tonne de maïs clôturait, quant à elle, à 338,50 euros (+0,25 euro) sur l'échéance de novembre et à 340,00 euros (+0,50 euro) sur mars.

Ce lundi 26 septembre 2022 vers 11h sur Euronext, la tonne de blés'échangeait à 343,25 euros (–3,00 euros) sur l'échéance de décembre et à 342,25 euros (–3,75 euros) sur celle de mars. La tonne de maïs se vendait, en ce qui la concerne, 336,50 euros (–2,00 euros) sur l'échéance de novembre, et 337,75 euros (–2,25 euros) sur mars.

Tensions géopolitiques

« L’attention des marchés reste tournée vers la situation dans la zone de la mer Noire, en particulier les déclarations de Vladimir Poutine qui souffle le chaud et le froid sur les marchés », indique La Coopération Agricole métiers du grain dans sa note hebdomadaire. Elle signale que « le cours du blé sur Euronext a augmenté de près de 20 €/t depuis les annonces de Poutine à propos de son souhait d’annexer plus de territoires à l’est de l’Ukraine, et ses menaces nucléaires vis-à-vis de l’Ouest. 300 000 réservistes auraient déjà été mobilisés dans le cadre de la “mobilisation partielle” annoncée par le chef d’État. »

Pour Agritel, les marchés sont « toujours dans la tourmente, dans un contexte de craintes ravivées sur la croissance économique mondiale, couplées à des tensions géopolitiques anxiogènes ».

Appréhension des marchés aux États-Unis

Aux États-Unis, Agritel relève un « net repli des cours du blé vendredi en clôture sur Chicago et ce malgré le contexte géopolitique tendu. Le risque de récession économique est bien présent et les marchés affichent leur appréhension face à une baisse de la demande. »

Sitagri confirme : « Le contexte économique inquiète les opérateurs. La hausse de l’inflation et des taux d’intérêt laisse craindre une récession mondiale. Après avoir d’abord touché les marchés financiers, la baisse a touché a touché les marchés des céréales. Maïs et soja subissaient la pression récolte en plus de la hausse du dollar. »