« Retour des tensions sur le bassin de la mer Noire, les propos de Poutine laissant craindre une nouvelle escalade dans le conflit, avec pour corollaire des primes de risques qui s’inscrivent à nouveau dans les marchés. [...] Malgré d’importantes récoltes en Russie, la problématique demeure dans son potentiel à l'exportation cette année », introduit Agritel dans sa note quotidienne.

Ainsi, le mardi 20 septembre 2022 sur Euronext, la tonne de blé clôturait à 339,25 euros (+13,50 euros par rapport à la clôture précédente) sur l'échéance de décembre et à 338,75 euros (+12,50 euros) sur celle de mars.

La tonne de maïs terminait, quant à elle, à 331,25 euros (+7,75 euros) sur l'échéance de novembre et à 332,75 euros (+8,75 euros) sur mars.

Ce mercredi 21 septembre 2022, peu avant 11 heures sur Euronext, la tonne de blé regagnait 7,25 euros (à 346,50 euros) sur l'échéance de décembre et 6,25 euros (à 345,00 euros) sur mars.

La tonne de maïs augmentait de 6,25 euros (à 337,50 euros) sur l'échéance de novembre et 5,75 euros sur celle de mars à 338,50 euros.

Même tendance aux États-Unis

Le contexte est similaire aux États-Unis, avec une « très nette progression des cours » de tous les produits, indique Agritel. Sur le CBoT (1), le contrat de blé sur décembre a clôturé mardi en hausse de 63 c, à 894 c. Celui de maïs (décembre) gagnait 14 c, à 692 c, précise Sitagri.

Les cours du maïs ont également réagi au temps chaud et sec observé dans le centre des États-Unis et révélé lundi 19 après la clôture par le rapport Crop Progress.

(1) Bourse de Chicago