Vendredi 16 septembre 2022 sur Euronext, la tonne de blé clôturait à 333,75 euros (+1,50 euro par rapport à la clôture de la veille) sur l'échéance de décembre et à 333,50 euros (+2 euros) sur l'échéance de mars. La tonne de maïs clôturait, quant à elle, à 328,00 euros (+ 0,50 euro) sur l'échéance de novembre et à 329,00 euros (– 0,50 euro) sur l'échéance de mars. 

À la Bourse de Chicago, le blé a rebondi vendredi après une semaine de repli de l’ensemble des commodités, dans un contexte de craintes de baisse de la demande liée à la situation économique mondiale.

Ce lundi 19 septembre 2022, vers 11h30 sur Euronext, la tonne de blé reculait de 4,50 euros (à 329,25 euros) sur l'échéance de décembre et de 4,75 euros (à 328,75 euros) sur l'échéance de mars. La tonne de maïs perdait, quant à elle, 3,00 euros (à 325,00 euros) sur l'échéance de novembre ainsi que sur celle de mars à 326,00 euros.

Seulement 51,9 millions de tonnes de maïs dans l’Union européenne

Le Coceral révise à la baisse son estimation de production de maïs pour l’Union européenne à seulement 51,9 millions de tonnes contre 66 millions encore estimés en mai. De son côté, la production de blé tendre est estimée à 140,5 millions de tonnes contre 143,4 millions de tonnes l’an passé.

La production est également revue à la baisse en France à cause de rendements très décevants du fait de la sécheresse estivale. Désormais selon FranceAgriMer,  les conditions de culture restent stables avec 43 % du maïs français dans les catégories bonne et très bonne. 14 % étaient récoltés au 12 septembre.

3,7 millions de tonnes exportées d’Ukraine

Sur la scène internationale, Agritel informe que « le ministre de l’Agriculture ukrainien confirme que 165 bateaux ont quitté ses ports depuis la mise en place du corridor, pour 3,7 millions de tonnes. » Avant le conflit, l’Ukraine exportait via ses ports plus de 6 millions de tonnes par mois.