Jeudi 8 septembre 2022, la tonne de blé clôturait à 320,50 euros (–5,75 euros par rapport à la clôture de la veille) sur l’échéance de septembre et à 325,25 euros (–3,50 euros) sur l’échéance de décembre. La tonne de maïs terminait à 320 euros (–3,50 euros) sur novembre et à 321 euros (–2,25 euros) sur mars.

Ce vendredi 9 septembre 2022 vers 13h, la tonne de blé repartait à la hausse et s'échangeait à 323,25 (+2,75 euros) sur l’échéance de décembre et à 327 euros (+1,75 euro) sur celle de mars. La tonne de maïs s'affichait à 320,75 euros (+ 0,75 euro) sur l’échéance de novembre et à  321,50 euros (+0,50 euro) sur mars.

Récolte de blé russe record

La géopolitique est toujours au centre de l’actualité, venant accentuer des mouvements fondamentaux qui intègrent une reprise de l’activité à l'exportation des origines mer Noire. « La Russie connaît une récolte de blé record cette année, avec pour corollaire un potentiel export également record », rappelle Agritel.

À la Bourse de Chicago, les cours des céréales se repliaient sur prises de profit après la nette progression des cours le 7 septembre 2022. Cette hausse faisait suite aux propos inquiétants de Poutine sur la pérennité du corridor export sur le bassin mer Noire.

« Si plus de deux millions de tonnes de céréales ont pu quitter les ports ukrainiens depuis la mise en place du corridor, il n’en demeure pas moins que les silos sont loin de pouvoir accueillir l’intégralité de la récolte de 2022 intégrant également une production de maïs estimée proche des 30 millions de tonnes (Mt) », alerte le cabinet de conseil. Au Brésil, la production de maïs est estimée, quant à elle, à 113,3 Mt à comparer à 87,01 Mt l'année dernière selon la Conab.