Mercredi 10 août 2022 sur Euronext, la tonne de blé a clôturé à 340,50 € (+ 0,25 € par rapport à la veille) sur l’échéance de septembre et à 327,25 € (+ 2,50 €) sur l’échéance de décembre.

La tonne de maïs, quant à elle, a terminé à 330,50 € (+ 3 €) sur l’échéance de novembre et à 325,50 € (+ 1,50 €) sur l’échéance de mars.

 

> Consultez les cours et marchés des céréales sur Lafranceagricole.fr

 

Jeudi 11 août 2022, peu avant 11 h sur Euronext, la tonne de blé évoluait peu, perdant 0,75 € (à 339,75 €) sur l’échéance de septembre et gagnait 0,75 € (à 328 €) sur celle de décembre. La tonne de maïs, quant à elle, progressait de 1 € (à 331,50 €) sur l’échéance de novembre et de 1,25 € (à 326,75 €) sur celle de mars.

Impact de la sécheresse

Aux États-Unis, les cours étaient fermes également alors que les températures élevées, conjuguées au manque de précipitations, impactent le potentiel de rendements des maïs et des blés de printemps. Dans son bilan hebdomadaire, l’USDA a déjà rabaissé les surfaces de maïs classées « bonnes à excellentes » à 58 % contre 61 % la semaine précédente, « la cote la plus basse depuis 2012 ».

 

Michael Zuzolo, président de la société de courtage et d’analyses Global Commodity Analytics and Consulting, constate « qu’une grande partie des récoltes a été soumise à un stress important » dans le Midwest, avec une détérioration rapide notamment pour le blé de printemps. Selon l’USDA, les cultures « bonnes à excellentes » de cette céréale sont tombées de 70 % à 64 % depuis la semaine passée.

 

Les opérateurs guettent anxieusement la publication ce vendredi 12 août 2022 du rapport de l’USDA qui donnera la tendance sur les prévisions mondiales de grains.

Reprise progressive des exportations en mer Noire

La hausse des cours reste toutefois tempérée par la reprise progressive des exportations en mer Noire, dans le sillage des accords signés par la Russie et l’Ukraine pour reprendre les exportations des céréales bloquées depuis le début de la guerre fin février 2022

 

« En Ukraine, les exportations se poursuivent via les ports inclus dans le corridor négocié avec les russes, mais les quantités semblent bien insuffisantes pour permettre d’écouler les stocks actuels », estime cependant Agritel dans sa note quotidienne parue le 11 août 2022.

 

Le ministre de l’Agriculture ukrainien annonce des exportations sur juillet de 412 000 tonnes de blé, 183 000 tonnes d’orges, 1,1 million de tonnes de maïs et 362 000 tonnes d’autres produits. Les exportations sur juillet s’affichent au total à 2,2 millions de tonnes, en repli de — 52 % par rapport à l’an passé sur la même période. »

 

L’accord prévoyant aussi de faciliter l’exportation des produits agricoles russes, Moscou devrait venir alimenter un marché international très demandeur à l’automne, s’appuyant sur une récolte en blé exceptionnelle.