Pour l’heure, les apports sur les marchés sont très modérés comme à Château-Gontier où seulement 500 veaux étaient présentés. Cette modestie de l’offre convient aux intégrateurs, qui ne mettent pas de pression sur les prix. Les bons veaux prim’holsteins partent entre 150 et 160 € à l’exportation et les standards de 45/55 kg se négocient entre 80 et 130 €.

 

En revanche, le prix baisse pour les montbéliards de Bourg-en-Bresse avec une demande en repli. Le tarif est stable sur La Talaudière. Les bons veaux de 55-60 kg s’affichent entre 170 et 240 € et de 135 à 165 € dans les 50-55 kg.

 

En croisés laitiers, la pression commerciale est moins marquée au regard de l’offre proposée à la vente. Les cours sont inchangés dans les taupes, gris ou blanc bleu ordinaires valorisés entre 120 et 200 €. Les blanc bleu R lourds sont stables entre 250 et 330 €.

 

Du côté des veaux allaitants ou des très bons croisés jaunes ou blanc bleu U de conformation, l’offre est également restreinte, ce qui permet le maintien des prix entre 370 et 420 € pour monter jusqu’à 450-480 € dans les supérieurs.