La demande est limitée avec peu de mises en place à cette période de l’année. L’activité à l’exportation est également réduite.

 

Les tarifs se tassent pour les bons taurillons ou les broutards lourds préparés pour l’exportation. À Moulins-Engilbert, les bons broutards de 350 à 400 kg s’échangent autour de 3,30 €/kg vif. Les transactions sont plus compliquées et très sélectives pour les animaux de second choix, peu sollicités par les acheteurs, notamment sur l’Espagne.

 

La tendance de prix est également baissière sur les marchés de l’Ouest malgré des volumes restreints. Les charolais U de 250 à 300 kg se vendent entre 3,45 et 3,50 €/kg à Châteaubriant ou Cholet.

 

Les prix se dégradent à Mauriac, Laissac ou Bourg-en-Bresse. Seuls les limousins obtiennent un maintien des prix à Ussel ou aux Hérolles, grâce notamment à une expédition vers l’Algérie.

 

En laitonnes, le marché est à l’équilibre pour les bonnes charolaises ou limousines vaccinées pour l’exportation. Les sujets de 300 à 350 kg sont vendus entre 3,10 et 3,20 €/kg sur les marchés de Châteaumeillant, Moulins-Engilbert, Ussel ou Saint-Christophe-en-Brionnais. Le placement est très calme pour les animaux de choix secondaire.

 

L’activité commerciale sera quasi à l’arrêt sur les 15 prochains jours, notamment en raison des congés des exportateurs et des engraisseurs. D’ailleurs, certains marchés comme Moulins-Engilbert, Mauriac, les Hérolles, Bourg-en-Bresse, Agen, Sancoins et Saint-Christophe-en-Brionnais seront fermés la semaine du 15 août.